فداك أبي وأمي يا رسول الله

Israël pourrait bien provoquer une explosion générale !

Khalid Amayreh - Al Ahram

jeudi 8 mars 2012

Selon Khaled Amayreh, les attaques israéliennes contre la mosquée Al-Aqsa et les efforts pour judaïser Jérusalem menacent de provoquer une explosion de violence dans la région et dans les territoires occupés palestiniens.

Indifférent aux réactions du monde arabe face aux provocations israéliennes incessantes à Jérusalem, en particulier les fréquents débordements des Millénaristes Juifs, le gouvernement israélien a accusé l’Autorité Palestinienne (AP) "de monter les Musulmans contre Israël".

Les critiques d’Israël contre l’AP se sont intensifiées cette semaine suite à la conférence d’une journée au Qatar qui avait pour thème les mesures israéliennes destinées à judaïser Jérusalem Est et à effacer son identité arabo-islamique traditionnelle.

Le premier ministre israélien Binyamin Netanyahu s’est emporté contre le président de l’AP Mahmoud Abbas ; il l’a qualifié de "menace aux Israéliens et à Israël" et a clamé que le leader palestinien adoptait "un comportement extrémiste qui menaçait la paix".

A Doha, Abbas a rappelé la position palestinienne, la même depuis longtemps, à savoir que l’AP ne signerait jamais un traité de paix avec Israël qui n’inclurait pas un retrait total des Israéliens de la ville occupée.

Abbas a aussi indiqué que la politique israélienne d’autoriser des Juifs fanatiques à entrer dans la Mosquée Al-Aqsa pour y pratiquer des cérémonies était dangereuse et constituait une bombe qui pouvait exploser à tout moment.

Un grand nombre des Juifs en question ont des liens avec des groupes terroristes juifs comme Gush Emunim et Kahana, qui considèrent que l’existence d’Israël est incomplète sans le Temple. Ils croient que sa reconstruction serait l’annonce de l’arrivée du messie juif ou rédempteur.

Le 23 février, des colons juifs ont attaqué le tribunal de la Mosquée Al-Aqsa avec l’aval des forces israéliennes qui empêchaient des centaines de fidèles palestiniens d’accéder à la Mosquée pour la protéger contre ces extrémistes.

Les colons venaient en partie de la colonie israélienne de Kiryat Arbaa près de Hébron qui est considérée comme un foyer de l’extrémisme juif. Auparavant des appels avaient été lancés aux "Juifs qui aiment la terre d’Israël" pour qu’ils se rendent au "Mont du Temple" pour "le reprendre à l’occupant arabe".

La Fondation Internationale al-Qods a condamné ce dernier assaut sur la Mosquée Al-Aqsa, le second en moins d’un mois en le qualifiant de "dangereuse provocation".

Selon la Fondation, "suite à l’incursion des Juifs extrémistes et aux appels à d’autres incursions dans l’enceinte de la Mosquée, la police d’occupation israélienne et l’armée ont resserré le blocus du sanctuaire musulman".

Toujours selon la Fondation, 65 colons ont attaqué la Mosquée en trois groupes, dont un groupe de colons de Kiryat Arbaa.

Le semaine dernière a été célébré le 18ième anniversaire du Massacre de la Mosquée Ibrahim de Hébron au cours duquel un colon juif nommé Baruch Goldstein, lui aussi de Kiryat Arbaa, a attaqué des fidèles musulmans qui faisaient la prière du matin dans la Mosquée historique, et a tué 29 personnes et en a blessé beaucoup d’autres.

Au lieu de punir les colons, en leur demandant de quitter Hébron par exemple, l’occupation israélienne a mis en place des mesures draconiennes contre les Palestiniens, comme des couvre-feux prolongés, la fermeture forcée des échoppes et l’interdiction aux Palestiniens d’entrer dans des larges secteurs de la vieille ville d’Hébron à pied et en voiture.

Suite à l’assaut donné par des Juifs contre le Haram Al-Sharif, ou Noble Cimetière, à Jérusalem la semaine dernière, des Palestiniens ont manifesté dans plusieurs endroits de Cisjordanie dont Hébron et Ramallah.

A Jérusalem, des policiers paramilitaires israéliens lourdement armés ont tué par balle Talaat Ramia, 25 ans, de sang-froid alors que ce jeune Palestinien essayait d’empêcher les colons Juifs de profaner les lieux saints palestiniens. Au moins 20 Palestiniens ont été arrêtés par les autorités d’occupation.

La semaine dernière un autre groupe de colons juifs menés par le leader du Likoud Moshe Feiglin a pressé ses membres d’affluer à la Mosquée Al-Aqsa pour "purifier le site des ennemis d’Israël et construire un temple sur les ruines de la Mosquée".

La police israélienne a, selon les rapports, saisi à plusieurs reprises des tracts appelant à la destruction de la Mosquée Al-Aqsa. Certains Juifs millénaristes croient qu’une attaque contre la Mosquée Al-Aqsa engendrerait un massacre de l’ordre d’un génocide au Moyen-Orient et au-delà et hâterait la venue du messie juif.

Les leaders musulmans de Jérusalem et d’ailleurs ont dénoncé la collusion du gouvernement israélien avec les colons qui selon eux est très dangereuse.

Adnan Husseini, un leader connu, a accusé Israël d’essayer d’entraîner toute la région et même le monde entier dans des guerres de religion "qui ont un commencement mais pas de fin".

"Israël devrait tenir ses fanatiques en laisse car ils jouent avec le feu. Mais au lieu de cela, nous voyons le gouvernement israélien s’accoquiner avec eux" dit Husseini. "Israël doit savoir qu’une folle action contre le temple islamique mettrait un terme à tous les espoirs de paix. Mais Israël veut-il vraiment la paix ?"

Sheikh Mohamed Hussein, le mufti de Jérusalem, a prévenu le monde musulman qu’Israël testait sa résistance et essayait de détruire l’attachement des Musulmans pour Jérusalem.

"Israël essaie d’habituer les Musulmans à l’idée que la Mosquée Al-Aqsa va être détruite et que les Musulmans ne pourront rien y faire" a-t-il dit.

Par ailleurs, les leaders palestiniens ont été profondément déçus par les recommandations de la conférence de Doha, surtout la décision de se plaindre au Conseil de Sécurité de l’ONU et de former un comité pour étudier les actes d’Israël pour judaïser Jérusalem et modifier son identité culturelle.

Un journaliste palestinien s’est désolé dans les médias de "l’impuissance et la faiblesse pathétiques des Arabes" ajoutant que "le Conseil de Sécurité fait partie du problème et pas de la solution".

"Jérusalem n’a pas besoin de discours, de lamentations ni de conférences huppées" a-t-il écrit. "Ce dont Jérusalem a besoin c’est d’un autre Salaheddin," c’est à dire Saladin pour l’Occident.

Beaucoup de Palestiniens sont convaincus que les médiocres résultats de la conférence de Doha ajoutés à l’arrogance croissante des groupes terroristes juifs, finiront par provoquer une explosion.

La question n’est peut-être pas de savoir si elle aura lieu mais quand elle aura lieu.

(JPG)

Du même auteur :

- Fiasco à Amman - 8 février 2012
- Les pourparlers d’Amman : un suicide politique pour le Fatah ? - 11 janvier 2012
- 2011, juste une année de plus pour les Palestiniens ? - 1e janvier 2012
- Israël se ligue contre les Palestiniens - 24 décembre 2011
- Le « processus de paix » a la tête sous l’eau - 25 octobre 2011
- Une victoire de la résistance - 17 octobre 2011
- Après septembre - 12 octobre 2011
- A Abbas : ne bougez pas face aux pressions américaines - 29 septembre 2011

Pour consulter l’original :
http://weekly.ahram.org.eg/2012/108...
Traduction : Info-Palestine.net - Dominique Muselet

Voir en ligne : Info-Palestine